;

L a  p r e s s e

Wissembourg: Un voyage vibrant sur un piano celtique

"...Recroquevillé sur le piano, dans une position quasi foetale, ou gestuelle très ample des mains, Roland Darquoy présente également un  spectacle visuel et nous incite doublement à une sorte de voyage celtique contemporain. On retient son souffle, et avec lui on plonge dans cet "Autre monde"..."

Dernières Nouvelles d'Alsace, janvier 1986

Offenburg: W. Keller et R. Darquoy ouvrent de nouveaux horizons

"...Cependant, la découverte de la soirée devait être la musique celtique, telle que Roland Darquoy la présenta au piano à queue actuel... La pédale joue un rôle primordial, car les sons judicieusement mélangés produisent ainsi des sonorités et des impressions auditives "inouies"..."

Offenburger Kurier, décembre 1986

Gernsbach: Musiques celtiques et de l'Inde

"...L'artiste réussit à  produire d'étonnantes couleurs sonores; l'on crut entendre des instruments à  cordes de l'Inde... C'est avec une grande  maîtrise que Roland Darquoy se mit à  imiter les couleurs et les rythmes du  synthétiseur sur le piano."

Badische Neueste Nachrichten, septembre 1987

Buehl: Naiades et esprits des eaux

"..."Cheveux d'algues", "L'Autre monde" ou "La résurrection d'Ys" sont les titres caractéristiques de la poésie musicale de Jaffrennou. Partant de l'impressionnisme Debussyste, il aboutit à un langage étonnant par sa simplicité, séduisant directement l'auditeur sensible au côté "féerique" de cette musique."

Acher & Buehler Bote, novembre 1989

Heilbronn/Festival estival de Hohenlohe: La mer en contes

"...Les contes et légendes celtiques ainsi que le folklore irlando-écossais ont entraîné Roland Darquoy dans leur sillage, et dans la  musique de son compatriote Yann-Christian Jaffrennou il trouve son idéal sonore.  A l'aide des pédales, d'un toucher sciemment voulu "dur" et des résonances ainsi obtenues, il parvient à  imiter la harpe celtique en  "trompe-l'oreille"..."

Hohenloher Zeitung, juillet 1995

Buehl: Des compositions mystiques émouvant tous les sens

"...Comment la nommer, cette musique que Roland darquoy joue avec une si grande sensibilité et une sensualité si dévouée? Ces compositions modales de Yann Jaffrennou si raffinées?...De longues "pauses" entre les sons produisent leurs propres paysages sonores. Ainsi cette musique ne paraît ni classique, ni contemporaine, ni folklorique, mais se rangerait quelquepart entre tous ces mondes musicaux, tient un peu de tous, en une forme presque romantique."

Badisches Tageblatt, avril 1998

Buehl: Vieilles légendes contées à  travers des tourbillons sonores

"...A l'instar de la grande diversité sonore reflétée par  l'oeuvre, Roland Darquoy produisit d'impressionnants effets avec des sonorités  aux facettes les plus variées sur le clavier du piano. Grâce à  son jeu il permit  au public de revivre les légendes auparavant contées par sa partenaire. Il sut modeler les sons pour les faire apparaître tantôt sous forme de rangées  flottantes, tantôt sous forme d'insolents jaillissements d'étincelles, tantôt  sous forme de pétillement d'êtres pleins de délicatesse. A travers son toucher, il libéra les sons dans l'espace, soit en vagues immenses, soit en vaguelettes, soit en courbe démeusurée, ou encore en les laissant exploser, ou tout  simplement se diviser en douceur. Avec une telle variété de toucher dans  l'interprétation, le public n'eut aucun mal à  laisser se dérouler le film de la légende sur son écran intérieur."

Badisches Tageblatt, juillet 1998

Baden-Baden: Violente tempête de sable au piano

"...Le pianiste célébra littéralement cette forme musicale (raga) avec beaucoup d'engagement physique et un jeu plein de vitalité. C'est avec puissance qu'il suggéra par exemple la violence d'une tempête de sable, ou décrivit avec un toucher finement délicat le moment où une fille embrassa tout en douceur son arbre préféré."

Badisches Tageblatt, octobre 2000